Portrait de Petite # 14 - Karishma Wanvari
Aujourd’hui, je vous présente Karishma Wanvari, une petite d'1m53, chef de projet climat.

Changeons nos modes de consommation et commençons dès aujourd’hui parce qu’on n’a pas de planète B. On est dans un état d’urgence et il faut vraiment commencer à agir !

 

Peux-tu commencer par te présenter ?

Je m’appelle Karishma, j’ai 30 ans, je suis Indienne et je vis en France depuis quatre ans et demi. Je travaille dans le domaine de l’environnement et à côté de mon travail, je suis une passionnée de mode durable et de psychologie. Je lis beaucoup de livres sur ces sujets. Et j’aime également beaucoup cuisiner et manger, bien évidemment !

 

 Peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai commencé mes études en Inde. J’ai une licence en gestion et stratégie. Puis, j’ai travaillé pour l’Ambassade de France en Inde pendant trois ans. J’aidais les entreprises françaises à s’implanter en Inde. J’ai ensuite poursuivi ma formation par un Master 1 et un Master 2 en économie environnementale (spécialisation développement durable RSE) en France. Aujourd’hui, je travaille pour un distributeur de produits énergétiques dans le département climat. Je les aide dans la transition énergique de leur business model pour notamment réduire les émissions.

 

Vivre en France, est-ce que c'était un projet de longue date ?

Oui, c’était un projet de très longue date. Petite, j’ai eu l’occasion de voyager en France avec mes parents. Et j’ai tout de suite adoré ce pays : la langue, la gastronomie. Ça a été le coup de cœur ! A l’âge de 14 ans, j’ai commencé à prendre des cours de français en Inde. Et à l’âge de 21 ans, j’ai pris des cours que je qualifie de « sérieux ».
La France, c’est un pays dans lequel je me suis toujours sentie très à l’aise, et même mieux que dans mon propre pays. Ça fait depuis 4 ans que je suis en France et je ne pense pas un jour retourner vivre en Inde. La France est un pays juste : on a tous les mêmes opportunités. Ce qui n’est pas le cas dans mon pays. Et surtout, on est libre.

 Quel est l'élément déclencheur qui t'a poussée à t'orienter dans le domaine de l'environnement ?

Il y a plusieurs choses :

  • A l’école, très jeune, on a commencé à parler des Nations Unies et du protocole de Kyoto. J’ai tout de suite été intriguée par ces sujets et j’ai eu besoin d’en savoir plus.
  • En 2014, je suis venue en France dans le cadre d’un échange d’un mois organisé par l’association Lions Club. Le thème de cet échange était l’environnement. J’ai visité le Grande Est, à travers ce fil conducteur : sites produisant des énergies nouvelles, sites qui protègent la biodiversité, centrales nucléaires, etc. Ces sujets m’ont passionnée.
  • De retour en Inde, j’ai regardé le documentaire « the True Cost ». Et ça a été l’élément déclencheur. C’est à partir de ce moment que j’ai décidé de m’orienter vers le domaine de l’environnement.

En tant que spécialiste de l'environnement, est-ce que tu peux nous résumer en quelques mots les enjeux majeurs liés à l'environnement de nos jours. Quelles sont les urgences ?

Pour moi l’urgence, c’est le changement climatique. C’est le dérèglement climatique et ses effets qui posent problème : la chaleur, les inondations, les famines etc. Je suis convaincue que si on ne change pas nos modes de consommation rapidement, on ne pourra pas lutter contre ce changement climatique. 
 
L’Europe a mis en place des mesures pour réduire les émissions en Europe. Mais ce n’est pas le cas dans d’autres pays dans le Monde. On pollue donc ailleurs et on est face à une délocalisation de la pollution. Si on ne met pas en place des mesures partout dans le monde, on ne tirera rien des efforts que l’on fait à l’échelle locale.

 Quels sont les conseils que tu nous donnes pour réduire notre impact environnemental ?

Il y a beaucoup de communication sur la problématique de la gestion des déchets. Le 0 déchet est un point important mais ce n’est pas un point clé dans le changement climatique. Ce qui influe le plus est notre matière de consommer : ce qu’on mange, ce qu’on porte et comment on se déplace / on voyage.
 
Avant tout, il faut penser à réduire notre consommation au global.
 
Alimentation :
Il faudrait être végétarien. Car les émissions liées à la production et au transport de la viande sont juste énormes. La consommation de poisson n’est pas forcément mieux. On détruit les océans à cause de la surpêche (ce sont des puits carbone) et on détruit aussi l’écosystème des océans.
L’idéal est de manger bio, manger localement et de saison.
 
Déplacements et voyages :
Au quotidien, l’idéal serait d’utiliser le vélo et de favoriser le co-voiturage (pas d’autosolisme).
Il faut ensuite être cohérent dans sa démarche et prendre l’avion le moins possible. Je ne dis pas qu’il ne faut plus voyager et ne plus prendre l’avion. Il faut optimiser l’avion de façon à ce qu’il transporte le maximum de personnes possible !
 
Vêtements :
Il faut essayer de mieux consommer. L’idéal est d’acheter chez des marques qui ont des démarches durables et éthiques : pas de surproduction, des collections restreintes avec peu de stock. On réduit sa consommation et on achète des vêtements de meilleure qualité.
La revente et l’achat de seconde main sont des bonnes options.

Tu es une personne passionnée et engagée. A côté de ton activité professionnelle, tu fais du bénévolat au sein du collectif Démarqué. Peux-tu nous en dire plus ? Quelles sont tes actions au quotidien au sein de ce collectif  ?

L’objectif du collectif « Démarqué » est de sensibiliser le grand public à la mode éthique. On lutte contre la fast fashion. On contacte directement les marques et on les questionne sur leurs process.
Mais depuis un an, je cherche à m’impliquer dans une autre association.

 


 Pour finir, quelques questions pour mieux te connaitre  :

Ton activité favorite quand tu as du temps libre ?

Je viens d’arriver à Paris récemment. Entre les manifestations, les grèves, la Covid, je n’ai finalement jamais vraiment profité de ma vie Parisienne. Mon objectif aujourd’hui : rattraper le retard que j’ai pris ! Je profite de toutes les activités culturelles – concerts, musées, expositions, etc.

J’adore le sport aussi : le fitness / vélo, la randonnée. J’aime aussi lire, danser (du bollywood !) et cuisiner.

Ta tenue de tous les jours  ? 

Je porte des tenues très simples : jupe/pantalon et tee-shirt, ou robe. Je ne suis pas très bijoux.  

Ta pièce préférée chez Petite and So What ?

Les trois objets qui ne quittent pas ton sac à main ?

Mon porte-monnaie, mes clés et mon portable.

Ton dernier coup de cœur à nous partager ?

Un cours de l’université de Yale « The science of well-being » - la science de la joie. Le cours donne des clés : pourquoi les gens ne sont pas heureux et qu’est-ce qu’il faut faire dans la vie pour l’être ? Ce cours m’a changé la vie et m’a redonné la joie de vivre. J’étais très mal suite aux confinements.

Un message à transmettre à toutes les « petites » qui vont te lire ? 

Changeons nos modes de consommation et commençons dès aujourd’hui parce qu’on n’a pas de planète B. On est dans un état d’urgence et il faut vraiment commencer à agir !

Merci beaucoup Karishma !

01 septembre, 2021 — Julie Luong Si

Laisser un commentaire

Note : les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.