Aujourd'hui, je vous présente Angélique Koca, une petite hôtesse de l'air enjouée d'1m54 et demi ! Découvrez avec nous son quotidien et apprenez-en plus sur un métier qui fait rêver.  
A l'entretien, ils m'ont mesurée et j'ai vite été recalée ! Je mesure moins d’1m57, leur taille « minimum » requise. Je suis aujourd'hui bien plus heureuse de travailler pour une compagnie française qui ne pratique pas de discrimination à la taille !

 Peux-tu commencer par te présenter ?

Je m’appelle Angélique, j’ai 27 ans, et je mesure 1m54 et demi ! Je suis la dernière d'une fratrie de 4 enfants, j'ai donc grandi aux côtés de trois grands frères. J'ai toujours été un peu garçon manqué tout en restant féminine ! Il y a des photos de moi à l'âge de 4 ans en robe sur une moto. La moto est restée pour moi une passion, j'ai donc passé rapidement mon permis mais pour des raisons pratiques, j'ai dû me séparer de la robe...


Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Après un parcours scientifique pour devenir kinésithérapeute, je n'ai malheureusement pas obtenu assez de points pour rentrer dans une école en France. Je suis donc partie en Belgique préparer un diplôme de psychomotricienne. À la fin de mes 3 ans et demi de formation, le diplôme n’était toujours pas reconnu par l’État français. Je me suis retrouvée bloquée sans diplôme valable alors que je voulais rentrer en France. C'est tout naturellement que mon frère m'a proposé de suivre le même chemin que lui pour devenir hôtesse de l’air. Il a alors fallu que je passe le diplôme de C.C.A – (Cabine Crew Attestation) et dès le premier jour, j'ai su que c'était ma voie.

 

Peux-tu nous parler de ton métier ?

En plus d'accueillir les passagers et d'assurer le service en vol, le personnel de cabine est tenu d'arriver 1h15 avant le décollage pour vérifier l'équipement de sécurité et s'assurer de son bon fonctionnement. De plus, nous sommes formés pour répondre efficacement à des situations de crise ou à des passagers compliqués. La communication entre l'équipage et les passagers est très importante pour maintenir le bon déroulement du trajet.


Est-ce un métier difficile à concilier avec une vie de famille ?

Le planning est toujours donné un mois à l’avance; ce qui permet de pouvoir tout planifier. Pour moi, tout est une question d’organisation. J’ai 12 jours de repos par mois alors qu’une personne en poste avec un rythme de travail plus traditionnel n’en a que 8. Selon les journées, je peux commencer tôt, 6h du matin par exemple, mais finir à 11h30, ou avoir des journées de libres en semaine. Ce qui pourrait être sympa avec des enfants ! C'est ce qui est déjà le cas avec mon conjoint, nous voyageons et profitons de moments privilégiés hors saison. C’est un avantage non négligeable financièrement, d'avoir la possibilité de se déplacer en dehors des vacances scolaires.

En tout cas, il est important de bien s’entourer et il est primordial que notre famille et amis comprennent nos rythmes différents.


En quoi être petite affecte ton métier ? 

Ma petite taille ne m’empêche en rien d’effectuer correctement mon métier. Il y a en revanche certains avantages, comme celui de ne jamais se cogner quand on se penche pour vérifier que les ceintures sont correctement mises, personne ne me demande de porter sa valise, etc. Mais si vous vous demandez comment j’atteins les rangements en hauteur, je vous donne l’astuce secrète : il y a toujours un marchepied dans l’avion ! J’essaye de transmettre cette information aux "petites" qui voyagent avec moi car ce marchepied n’est pas seulement réservé au personnel !

Le plus compliqué, c’est parfois de gérer le regard des autres, des passagers notamment qui peuvent nous poser des questions maladroites. Mais sinon, quand il s’agit de mes collègues ou d’autres membres d’équipage, leurs taquineries sont toujours bon enfant et bien accueillies !

 

La taille minimum requise pour être hôtesse de l'air : mythe ou réalité ?

Je vole pour une compagnie française : Transavia, qui depuis le début de ma formation me faisait de l’œil de par son dynamisme et son côté "jeune". Je n’ai donc eu aucun problème lors de l'entretien car il est illégal en France d’interdire l’accès à un métier sur un critère de taille. À l’inverse, ce n'est pas le cas dans d'autres pays. Mon frère m’avait conseillé de postuler chez Easy Jet (sa compagnie aérienne). A l'entretien, ils m'ont mesurée et j'ai vite été recalée ! Je mesure moins d’1m57, leur taille « minimum » requise. Il faut savoir que la compagnie impose des critères de taille minimum et maximum ! Je suis aujourd'hui bien plus heureuse de travailler pour une compagnie française qui ne pratique pas de discrimination à la taille !


Écologie et voyage, est-ce compatible. Que penses-tu de réduire tes déplacements en avion ?

J’avoue aimer prendre l’avion, car j’ai toujours des envies de voyager loin ! Quand je me rends compte du temps que l’on gagne aussi, c’est sûr que cela représente un confort.

Sinon, mes collègues et moi-même sommes conscients de travailler dans une industrie polluante. Pour en avoir discuté récemment ensemble, nous tenons tous à faire beaucoup d'efforts sur le sujet. Cela se traduit dans notre quotidien par le tri sélectif respecté à la lettre, nous privilégions l'utilisation du papier recyclé ou recyclable, les matières organiques au plastique, etc.

J’ai remarqué aussi des changements dans ma compagnie. Aujourd'hui, nous n’utilisons que des gobelets recyclables, des couverts en bambou et nous demandons aux passagers, lors de la distribution du café, s'ils ont vraiment besoin d’une touillette avant de la leur donner. Par ailleurs, de plus en plus d’aéroports refusent de récupérer les poubelles non triées donc nous faisons notre maximum !

En tout cas, j'espère que l'utilisation de biocarburants se développera à plus grande échelle dans les années à venir.


Est-ce que le port de l'uniforme est un obstacle pour laisser ta personnalité s'exprimer ?

Le port de l’uniforme au quotidien peut paraître une contrainte, mais ce n’est absolument pas l'avis que je partage. Au contraire, l'uniforme m’a beaucoup aidée à trouver ma place et à gagner en assurance. Porter l’uniforme, c’est assumer son rôle. Dès que l’enfile, je représente ma compagnie. Ça me donne de la légitimité. Quand je le mets, je ressens du devoir, mais aussi un peu de pression : la pression de bien faire. En tout cas, ce n'est pas un frein pour moi. Nos personnalités peuvent s'exprimer même à travers le port d'un uniforme !

Je profite pleinement de mes jours « off » pour m’habiller comme je le souhaite. Et rassurez-vous les filles, moi aussi, j'ai des week-ends en jogging et sweat (mais sans doute un peu moins qu’une personne qui a le choix de sa tenue au travail).


Pour finir, quelques questions pour mieux à te connaître : 

Ton dernier coup de cœur mode ?

J’ai craqué le week-end dernier pour des mocassins en cuir à plateforme. Ils me font gagner quelques centimètres discrètement.

Ta pièce Petite and So What préférée ?

Ma pièce préférée, c’est la combinaison noire Juliette, c’est si compliqué de trouver une combinaison qui taille correctement quand on est petite ! Je l’adore.

Trois objets qui ne quittent jamais ton sac à main ?  

Mon téléphone, un rouge à lèvres et un paquet de chewing-gum (mais pas ceux à la menthe, non ! Plutôt goût malabar comme quand j’étais enfant).

Un conseil à donner aux passagers qui craignent de prendre l’avion  ?

Il faut foncer et ne pas hésiter à informer l’équipage que vous n’êtes pas rassuré ! Il arrive que même des grands gaillards pleurent ou n’arrivent pas à mettre leurs ceintures, tellement ils sont tétanisés par la peur. Il ne faut pas avoir honte, nous sommes là pour vous accompagner justement.

Merci beaucoup Angélique ! 

21 octobre, 2022 — Elsa Sarracanie

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés